Jean-Francois-Floch

 

Je n’ai sans doute plus l’âge de démarrer une action de communication sur Internet…
Mais je ne suis pas que vieux, je suis aussi un professionnel de l’innovation naviguant dans un environnement international qui regarde devant, demain et essai de comprendre et d’anticiper ce que nous allons vivre.

Alors il doit être temps de faire cette démarche.

Toutefois, pour avoir très souvent entendu cette phrase :

« Maintenant, avec Internet, nous ne pouvons plus nous perdre de vue ! »

Je voudrais y répondre avant de me lancer à mon tour dans cet espace qui semble sans frontières.

En effet étrange pensée, magnifique mensonge, cruelle certitude que nous ne perdrons plus le contact. Comment peut-on écrire ou dire une telle phrase ? Certain de ne plus avoir l’envie, le courage ou le temps de monter sur le ring. Car une rencontre, comme la vie, est un combat, jamais gagné d’avance, jamais acquis à vie. Alors, en effet on peut se mentir à soi-même et faire semblant de croire qu’on ne peut plus se perdre.

Etrange pensée que celle de vouloir ne plus se perdre, vouloir de la stabilité là où seul l’incertain peut apporter le talent. L’envie de rencontre ne doit être que doute, désir, choix, combat,… mais en aucun cas certitude. Ne pas se perdre parce qu’un vague outil permet de communiquer sans se voir, sans partager, sans se confronter… sans risque !

La vie est risque, risque de tout et risque de se perdre… fort heureusement elle est risque permanent.

Qu’y a-t-il de noble, qu’y a-t-il de beau à être installé dans une relation sans risque ? Que construit-on sur de la certitude ?

Oui, on peut se perdre même avec Internet,… et se retrouver pour un réel, celui de la vie, sur le fil du rasoir. La vie tout simplement !

Alors bien que je sois un homme de l’Afrique et de l’Orient, un homme du contact « les yeux dans les yeux », un homme de l’oralité , je me risque à jouer à ce jeu de la communication sans frontières, sans réels… mais non sans conséquences.

Bonjour Internet, me voici !

 

Jean-François Floch